acceo capa telacceo capa

A- A A+
Imprimer

Patrimoine culturel

otkrivay.net

Légendes ou vérités

Le veau d'or

La légende du veau d’or

Depuis des générations, les villanovais racontent qu’il y aurait caché quelque part à Villanova une statue d’un veau en or. Certains la situent du coté de Campo d’unico, d’autres au dessus du village actuel au lieu dit Fogacciana (ancien village) d’autres encore à San Fideli sur le site de l’ancienne église. Mais jamais personne ne l’a trouvée.

Cette légende a sans doute son origine dans l’histoire de Villanova ou on l’a vu, la présence romaine dans l’antiquité est avérée du coté de Campo d’Unico. les trésors romains découverts sans doute au fil de l’histoire comme plus récemment (voir « l’or de Campo d’Unico », ou « le trésor de Lava ») ont peut être alimenté ce fantasme.

Sur le plan symbolique, le Veau d'or est associé à la jouissance immédiate de biens matériels, à l'opulence et à la puissance de l’argent. Connaissant la situation sociale des villanovais, agriculteurs pauvres, ce fantasme de la richesse facile que représenterait la découverte d’un tel trésor explique sans doute la naissance de cette légende..

Aujourd’hui chaque villanovais même s’il a entendu parler de cette statue, sait bien qu’il ne s’agit que d’une légende, et plus personne aujourd’hui ne recherche le veau d’or de Villanova.

Il est vrai qu’aujourd’hui d’autres fantasmes du même type sont apparus, ils se nomment loto ou Euromillion.

 A fola di u vitellu d'oru

Da seculi è seculi, contanu i paisani ch'ellu ci saria una statula di un vitellu d'oru piatta in calchì parti di Beddanova. À chì dici ver di Campudunicu, à chì sopra à u paesi d'oghji in Fugacciana (anzianu paesi), altri in San Fideli in l'anziana ghjesia. Ma ùn l'hà mai trova nimu.

Sarà nata issa fola da a storia di Beddanova chì l'emu ditta, ci funu i Rumani in l'antichità ver di Campudunicu, è i tisori rumani sicuri, ch'elli anu trovu in i tempi è à a nostra epica (veda « lrou di Campudunicu » o « u tisoru di Lava ») ci avaranu aiutatu.

À livellu simbiliu, u Vitellu d'oru currispondi cù a scelta di goda subbitu di i bè matiriali, di a divizia è di a putenza di u dinaru. Sapendu ciò ch'ella era a situazioni di i paisani, agricultori, povari, issu sognu di a ricchezza faciuli ch'ellu purtaria un tisoru simuli spieca a nascita d'una fola di quisti.

Oghji in paesi ancu sì tutti anu intesu parlà di a statula, a sanu ch'ellu si tratta di una fola è u vitellu d'oru ùn lu cerca più nimu.

Si sà chì oghji sogni di issu genaru ni hè natu di l'altri. Si chjamanu loto o Euromillion.

L'or de campu d'unico

Tout près de Vecchione (ancien village aujourd'hui en ruines) se trouve le lieu dit Campo d'Unico. Selon certains historiens (dont le colonel J.T Biancamaria in « La Corse dans sa gloire ses luttes et ses souffrances), ce nom de Campo d'Unico aurait été déformé au détriment de Campo Punico.

Vers la fin du Ve siècle avant Jésus-Christ, les carthaginois expulsent les Etrusques de Corse, s'y installent pendant deux siècles et auraient occupé Campo Punico.

A leur tour, en 260, les carthaginois sont chassés de Corse par les légions romaines commandées par Tibèrius Gracchus. Quelques unités romaines débarquent dans le golfe de Lava, occupent Campo Punico et font flotter les Aigles romains sur un piton (punta d'aquilone) dominant l'immense camp des troupes carthaginoises. (des fouilles archéologiques faites par le laboratoire régional d'archéologie LRA au pied de la punta aquilone attestent de vestiges romains dans ce secteur).

En 1896, des ouvriers italiens occupés au défonçage de la vigne du Duc Pozzo di Borgo, disparurent au cours de la nuit en abandonnant sur place une jarre cassée de l'époque romaine qui devait certainement contenir des pièces d'or (deux pièces en or furent trouvées le lendemain dans la terre remuée).

Un autre trésor de pièces d'or d'origine romaine a été découvert dans les années 1980 dans le golfe de Lava du coté de Saliccia. Il s'agit du fameux trésor du golfe de Lava.

 L'oru di Campudunicu

 Vicinu à Vichjoni (anticu paesi arruvinatu) ci hè u locu chjamatu Campudunicu. Sicondu certi storichi (cum'è u culinellu J.T Biancamaria in « La Corse dans sa gloire ses luttes et ses souffrances), saria issu nomi di Campudunicu una sfurmazioni di Campu punicu.

Ver di a fini di u Vu seculu nanzi à Cristu, i Cartaghjinesi rimpiazzanu l'Etruschi in Corsica, ci stanu par dui seculi è tandu avarianu uccupatu à Campu punicu.

Dopu, in lu 260, I Cartaginesi sò cacciati da Corsica da i lighjoni rumani cumandati da Tiberiu Graccu. Sarianu sbarcati truppi rumani in u golfu di Lava, avarianu uccupatu à Campu punicu è postu l'aculi rumani in una punta (punta d'Aquiloni) sopra à u campu di i truppi cartaghjinesi. Scavi archeulogichi fatti da u laburatoriu righjunali d'archiulugia LRA sottu à a Punta Aquiloni tistimunieghjanu di vistighi rumani par issi lochi.

In lu 1896, ghjurnatanti taliani chì scassavanu a vigna di u Duca Pozzo di Borgo sparinu in la nuttata lachendu sopra à locu una gerra sciappata d'epica rumana, chì ci saranu stati i pezzi d'oru in drentu (dui pezzi d'oru funu trovi u lindumani in a tarra zappata).

Un antru tisoru di pezzi d'oru rumani u truvedinu in l'anni 80 in Lava da i parti di Saliccia. Hè quistu u famosu tisoru di u golfu di Lava.

A funtana du figa di l'orsu

 

L’ours de Fica di l’orsu

 

Histoire vraie -  ou – Légende ?

 

Sur le sentier de capo di Fèno se trouve une source ou ont été aménagés un abreuvoir et un lavoir.

A la fin du XIX ème siècle, autour de ce lieu, régulièrement des chèvres disparaissaient, seules restaient des traces de sang.

Au bout de quelques semaines, rentrant au village à la nuit tombée, un capraghju (chevrier) dit avoir aperçu une ombre gigantesque au dessus des rochers qui surplombent la source. Selon lui il s’agissait d’un ours qui s’est enfui en le voyant. La bête n’est jamais réapparue par la suite, et les chèvres n’ont plus disparu, mais depuis le figuier qui surplombe la source s’appelle  « A fica di l’orsu ».

 S’agit-il d’une histoire vraie  ou d’une légende ?  

Pour certains il ne s’agit que d’une légende. Cela faisait déjà très longtemps qu’en Corse il n’y avait plus d’ours. Et celui de fica di l’orsu ne sortirait que de l’imagination de notre capraghju.

D’autres par contre pensent qu’il peut s’agir d’une histoire vraie .Parfois des montreurs d’ours se déplaçaient en Corse, et il se peut qu’un ours se soit évadé et se soit retrouvé un temps près de Villanova.

 L'orsu di Fica di l'orsu

Stalvatoghju - o – Fola ?

In a stretta di Capu di Fenu, ci si trova una surghjenti duv'elli funu fatti un biitoghju è un lavatoghju.

A a fini di u XIXu seculu, à spessu, culà sparianu i capri è ùn si truvavanu più cà tracci di sangui.

À u capu di calchì sittimana, u bout de quelques semaines, un capraghju chì vultava in paesi di notti, dissi d'avè vistu un ombra tamanta in i scogli sopra à a surghjenti. Pinsava ch'ellu fussi statu un orsu chì à veda lu era fughjitu. Ùn si vidì mai più a bestia dopu, è capri ùn ni sparì più, ma da tandu a fica chì hè sopra à a surghjenti si chjama « A fica di l'orsu ».

Sarà un fattu stalvatu o una fola ?

À chì pensa ch'ella hè una fola. Orsi in Corsica ùn ci ni era dighjà più sa seculi. Saria natu quillu di Fica di l'orsu da u ciarbellu di u nostru capraghju.

À chì credi ch'ellu pò essa un fattu veru. Chì in Corsica ci vinianu certi à mustrà l'orsi, è un orsu pò essa scappatu è essa ghjuntu par un tempu vicinu à Beddanova.

Fottò di a surghjenti di Fica di l'orsu.

U donnu

 

U DONNU

( U mazzeru)

Faits réels ou légende ?

Villanova aussi avait son Mazzeru. Les histoires racontées à la veillée il y a encore quelques années faisaient référence à ce Mazzeru qu’on appelait « u Donnu » parce qu’il utilisait son temps libre pour tricoter comme une femme. D’où son surnoms « U Donnu » (« le femme »).

Voici quelques histoires qui illustrent les « dons » du Donnu

Comme tous les mazzeri, u Donnu avait le don de prédire la mort. Ainsi un jour alors qu’il était avec d’autres villanovais à Paghjaghjioli au travail des champs, il a interrompu le travail et demandé à tout le monde de rentrer au village parce qu’il devait y avoir un mort.     En arrivant au Marcuggio le groupe de villanovais entendit le glas qui annonçait une mort dans le village.

Il avait aussi le pouvoir de se transformer en animal. Un villanovais qui se trouvait dans le mont au dessus du village fut un jour attaqué par un mouton. Il se défendit en frappant le mouton à la tête à plusieurs reprises et réussit à le faire fuir. Ce villanovais dit en rentrant au village qu’il avait reconnu dans le regard du mouton u Donnu. Le lendemain matin U Donnu avait le visage tuméfié comme s’il avait reçu des coups de bâton.

Il avait aussi le pouvoir de voir les âmes des morts se déplacer dans le village. Une nuit à minuit il était devant l’église en compagnie d’un autre villanovais. Il demanda alors a son compagnon de se retirer sur le coté de la route pour laisser passer « a cumpania » (le cortège des morts). Son compagnon se moqua de lui. U Donnu répondit, « si tu ne me croit pas mets ton pieds sur mon pieds et tu les verra ». son compagnon s’exécuta et parti en courrant terrorisé par ce qu’il avait vu.

Ces histoires sont racontées par les Villanovais, certains y croient, d’autres plus matérialistes, et les pieds bien plantés dans le XXIème siècle pensent qu’il s’agit de superstitions d’un autre age !

 U DONNU

( U mazzeru)

Stalvatoghju o fola ?

VIn Beddanova dinò ci era un Mazzeru. À veghja calchì annu fà si ni cuntava storii di issu Mazzeru ch'elli chjamavanu « u Donnu » parchì quand'ellu avia l'asgiu li piacia à calzittà, cum'è una donna. Cusì si spieca u cugnomi « U Donnu ».

Eccu calchì storia chì faci capiscia i « doni » di u Donnu.

Cum'è tutti i mazzeri, u Donnu pudia annuncià a morti. Un ghjornu ch'ellu era cù altri paisani in Pagliaghjoli à travaglià in li chjosi, piantedi è dumandedi chì tutti vultessinu in paesi, chì ci avia da essa un mortu. È ghjunti in Marcughju, intesinu sunà u murtoriu pà un mortu di u paesi.

Si pudia dinò cambià in animali. Un ghjornu in lu monti sopra à u paesi un paisanu fù assaltatu da un muntoni. Si difesi minendu li in capu parechji volti, è u feci scappà. Dopu dissi ch'ellu avia ricunnisciutu u sguardu di u Donnu in l'ochji di u muntoni. U linduman da mani u Donnu era facci ingonfiu cum'è s'ellu avessi pescu i bastunati.

Pudia dinò veda l'animi di i morti chì viaghjavanu in paesi. Una notti à mezanotti, era di punta à a ghjesgia cù un altru paisanu. Dumandedi à u cumpagnu ch'ellu s'arritiressi in bordu di strada da lascià passà « a cumpagnia ». Quillu si ni risi. Li rispundì u Donnu : « sì tù ùn mi credi, metti u pedi nantu à u meiu è i vidarè ». U cumpagnu feci cusì è scappedi di corsa, intarruritu da ciò ch'ellu avia vistu.

Issi storii i contanu in Beddanova, ci sò chì ci credinu, ci sò più matirialisti chì campanu in lu mondu di u XXIu seculu è pensanu ch'elli ùn sò cà superstizioni di i tempi andati !

Les vestiges

U mulinaciu di u Saltatogghju

A toretta d'a scalla

Le fort français du Vattarellu

Le fort français du Vattarellu...

U castellu di a monetta

U CASTELLU DELLA MUNETA

Histoire selon le Colonel Biancamariadans son livre « La Corse dans sa gloire ses luttes et ses souffrances »

Les seigneurs de LISA qui dominaient la région de Villanova et de lava se sont associés en 1200 avec les seigneurs de GOZZI (Appietto et Valle di Mezzana) , les seigneurs de MONTICHI (Alata) pour acquérir la suprématie sur la province d’Ajaccio dominée jusqu’ici par les seigneurs ORETESI qui possédaient le château de Castel Vecchio à Saint Jean d’Ajaccio.

Les Orétési furent vaincu, et les Gozzi qui étaient plus puissants que leurs alliés s’installèrent dans le château de Castel Vecchio.

Vers 1310, les seigneurs le Lisa chassèrent les seigneurs de Gozzi de la région d’Ajaccio et occupèrent le château de Castel Vecchio qui devint l’objet de nombreuses luttes.

Au cours d’un de ces combats, le seigneur de Lisa fut tué, et sa jeune veuve BIANCA – MARIA fille d’un petit seigneur du Celavo (Bocognano) surnommé « MONETA » se réfugia dans son château de Lisa situé sur un piton inaccessible (790 m) et pour bien démonter son indépendance le dénomma « CASTELLU DELLA MONETA » (château de la fille de Moneta ».

BIANCA – MARIA se remaria avec l’un de ses partisans de condition modeste, ce que n’approuvèrent pas les seigneurs de GOZZI et de CINARCA apparentés à l’ancien seigneur le Lisa. ils s’emparèrent alors du château della Monetta. BIANCA – MARIA se retira avec son mari et ses enfants à Villanova, elle y vivra en paix jusqu’à sa mort.

Selon le colonel Biancamaria le château della moneta aurait été complètement rasé en 1375 par Arrigo della Rocca .

Selon les études du professeur médiéviste Jean Cancellieri « Ce château est le plus méridional des Castelli de la seigneurie de Leca. Il est le plus menaçant des pôles stratégiques installés par les féodaux insulaires pour faire pièce à la naissance et à l'affirmation du premier Ajaccio génois. De ce point de vue, les textes indiquent que sa destruction par Gênes a été contemporaine de la fondation de la ville, soit l'extrême fin du XVe siècle ».

La situation du castello della moneta

Sous le radar de la Punta, au niveau de la Bocca di l'Arinella. Nous sommes au pied de la Punta di Lisa. Sous les yeux, quelques dizaines de mètres plus bas côté sud, l'imposante Casa di Lisa que les vieux Ajacciens nomment Casa di u vescu. On dit que les évêques venaient autrefois y prendre leurs quartiers d'été pour éviter chaleur et miasmes du littoral. Une chapelle est d'ailleurs aménagée au rez-de-chaussée. Elle sert aujourd'hui de remise agricole. Côté nord, c'est une vue superbe sur Cargèse, la Punta d'Omigna et la haute chaîne avec ses cimes enneigées.

Le Castellu della Moneta se situe au bout d’un sentier, raide mais bien marqué par de petits amas de pierres, il grimpe à travers un maquis dense d'arbousiers et bruyères. Ce chemin traverse, au sommet, un castellu préhistorique circulaire. Les prospections menées par Hélène Paolini - Saez et Pierre Comiti, archéologues au LRA, (Laboratoire régional d'archéologie), ont permis de le dater de l'Âge du bronze.

Encore une courte marche et on arrive au Castellu della Muneta. L'accès se fait par deux étroits couloirs rocheux naturels faciles à défendre. Il faut beaucoup d'imagination pour voir aujourd'hui ici ce qui a été un fortin très spartiate, véritable nid d'aigle.

U CASTELLU DI A MUNETA

Storia sicondu u Culinellu Biancamaria in lu so libru « La Corse dans sa gloire ses luttes et ses souffrances »

I signori di LISA chì cumandavanu u tarritoriu di Beddanova è di Lavai si sò associ in lu 1200 cù i signori di GOZI (Appiettu è Vaddi di Mizana ), è i signori di MONTICHJI (Alata) da piglià a suprana nantu à a pruvincia d'Aiacciu chì finu à tandu ci duminavanu i signori ORETESI chì tinianu u castellu di Castelvechju in San Ghjuvanni d'Aiacciu.

L'Oretesi funu vinti, è i Gozi, più forti cà i so alliati, si pigliedinu u castellu di Castelvechju.

Ver di u 310, i signori di Lisa caccedinu i signori di Gozi da a pievi d'Aiacciu è uccupedinu u castellu di Castelvechju chì fù a caghjoni di parechji lotti.

In una d'issi guerri, fù tombu u signori di Lisa, è a ghjovana veduva BIANCA MARIA, figliola d'un signurottu di u Celavu cugnumatu « MUNETA » si sarredi in u so castellu, nantu à una cima difficuli da ghjugna (790 m) è par fà veda ch'ella era indipindenti, u chjamedi et pour bien démonter son indépendance le dénomma « CASTELLU DI A MUNETA » (di a figliola di Muneta ».

BIANCA MARIA si rimaritedi cù unu di i soii di cundizioni bassa, è ùn funu d'accunsentu i signori di GOZI è di CINARCA, parenti di l'anzianu signori di Lisa, è pigliedinu u castellu di a Muneta. Si ritiredi BIANCA MARIA cù u maritu è i figlioli in Beddanova, è ci campedi in paci finu à a morti.

Sicondu u culinellu Biancamaria u castellu di a Muneta l'avaria arruvinatu in lu 1375 Arrigu di a Rocca .

Sicondu i studii di u prufissori medievistu Jean Cancellieri « Hè u castellu più suttanu di a signuria di Leca. Hè u più piriculosu di i lochi strategichi stallati da i fiudali isulani da risista à a nascita è à l'affirmazioni di u prima Aiacciu ghjinuvesi. À issu livellu, ci dicinu i testi ch'ellu fù distruttu da Ghjenuva à tempu à a fundazioni di a cità, veni à dì à a fini di u XVu seculu».

A situazioni di u castellu di a Muneta

Sottu à u radar di a Punta, à l'altezza di a Bocca di a Rinella. Semu sottu à a Punta di Lisa. Si vedi, calchì dicina di metri più in ghjò à meziornu, u casoni di Lisa ch'elli chjamanu i vechji Aiaccini Casa di u vescu. Dicinu ch'elli ci vinianu in li tempi i veschi à passà l'istatina da fughja u caldu è a malaria di a marina. D'altrondi ci hè una cappella à u pian di tarra. Oghji servi di cantina. À u nordu, hè billissima a vista ver di Carghjese, a Punta d'Omigna et tutta a Sarra cù i so monti nivosi.

Si trova u Castellu di a Muneta à u capu d'una stretta, chì colla ma hè signalata bè da mori di petra, atteppa à mezu à una machja folta d'albitri è di scopi. In cima franca un castellu preistoricu circularu. I ricerchi di Hélène Paolini - Saez è Pierre Comiti, archeuloghi di u LRA, (Laboratoire régional d'archéologie), danu una data di l'Età di u Bronzu.

Si viaghja dinò un pocu è semu à u Castellu della Muneta, chì ci si entri par dui curridori trà i scogli, faciuli da difenda. Ci voli l'imaghjinazioni par veda oghji ciò chì fù un forti povaru, un veru nidu d'acula.


Villanova

La toponymie

Toponymie de Villanova - Femina parle de nous

Dans son édition du 5 décembre 2015, Villanova est de nouveau à l'honneur dans un nouvel article sur la toponymie.Cette démarche de sauvegarde du patrimoine communal était une volonté forte de l'ensemble des élus. Aujourd'hui cette étude est presque finalisée et sera mise en ligne sur la site de la mairie dès que les dernieres améliorations visuelles auront été apportées.

Le journal de la Corse parle de Villanova

Le succès auprès des Villanovais de la conférence du CESIT animée par Stella Retali Medori, trouve un écho supplémentaire mérité dans le Journal de la Corse. Le Maire et le Conseil Municipal renouvèlent leurs remerciements aux contributeurs ainsi qu'au CESIT pour le travail remarquable qui a été effectué.

Cliquez ici pour lire l'article paru dans le Journal de la Corse.

 

Toponymie - Conférence de Madame RETALI-MEDORI

Rendu de l’étude de la toponymie de Villanova
Conférence de Madame RETALI-MEDORI
et
Annonce d’une prochaine étude historique de la commune

Samedi 26 septembre à 18 h 00 a eu lieu la conférence de rendu de l’étude effectuée sur la commune.

Cette conférence de grande qualité donnée par Mme Stella Retali-Medori a été appréciée à sa juste valeur par les personnes présentes, (Villanovais, élus invités de la CAPA, et visiteurs extérieurs intéressés par le sujet).

Les discussions se sont poursuivies après la conférence autour d'un spuntinu (qui semble lui aussi avoir été très apprécié).

Seront mis en ligne prochainement sur le site de la commune, le résumé de la conférence, le rapport avec ses dernières mises à jour, la cartographie ainsi que les panneaux explicatifs qui seront aussi conservés en exposition à la mairie.

D’autre part, le CESIT a prévu la publication sous forme de fascicule de l'étude de Villanova.

La municipalité tient une nouvelle fois à remercier Jean Jacques Casasoprana, Louis Casasoprana, Paulo Simèoni et Baptiste Vinciléoni qui ont contribué à enrichir cette étude avec les spécialistes du CESIT, en y rajoutant plus de 300 toponymes non répertoriés à l’origine.

Par ailleurs pour cette conférence nous avions invité le LRA (Laboratoire Régional d'Archéologie) dont certains membres étaient présents, cela a été l'occasion d'annoncer une prochaine étude sur l'histoire de Villanova (très liée à l'étude de la toponymie) que la commune a l'intention de lancer dés 2016.

Principaux noms de lieux

La toponymie est une partie importante de notre patrimoine culturel. Mais risque de rapidement disparaître, avec les derniers Villanovais qui en ont une parfaite connaissance.

La commune a passé commande de cette étude en mai dernier au CESIT CORSICA (Cumitatu d’Istudii Scentìfichi è Infurmàtichi di a Tupunimìa di a Corsica ).

Pour mener à bien cette mission, Melle Biancucci du CESIT a rencontré quatre des Villanovais (Jean Jacques Casasoprana, Louis Casasoprana, Paulo Siméoni et Baptiste Vincilèoni) qui connaissent le mieux notre territoire pour faire le relevé de tous les toponymes. La municipalité les remercie de leur collaboration sans laquelle ce travail de recherche et de recensement n'aurait pu avoir lieu.

Télécharger le rapport du CESIT en cliquant ici.

Accès au site sur la toponymie de la commune de Villanova en cliquant ici.