acceo capa telacceo capa

A- A A+
Imprimer

Histoire du village

otkrivay.net

 

Villanova existe depuis la plus haute Antiquité et sans doute la préhistoire puisqu’on y trouve un certain nombre de « Taffoni » (abris sous roche). Les Celtibères, les Carthaginois et les Romains y ont séjourné.

L’ancien village du IX ème siècle Vicchione s’appelait à l’origine « Ve-ghione », nom d’origine celtibère (habitations de l’homme). Le lieu-dit Campu d’Unicu est en fait la déformation de Campu Punicu qui rappelle l’occupation carthaginoise. Une colline de la commune, a Punta d’Aquilone, pourrait avoir pour origine un camp romain, le camp des aigles (aquilae…).

Par ailleurs au XIX ème siècle et, plus récemment dans les années 1980, des dizaines de pièces d’or romaines furent trouvées sur la rive villanovaise du golfe de Lava… le fameux « trésor de Lava »….

A partir du IX ème siècle, Vicchione, comme l’ensemble du golfe de Lava et une grande partie du littoral corse, subit les invasions sarrasines. Une partie des habitants de Vicchione et de Campu d’Unicu sont emmenés en esclavage. Leurs maisons rasées, les rescapés se réfugient dans la chaîne de Lisa (790 mètres) qui surplombe le village actuel.

Le sentier, encaissé entre deux murs, qui relie la mer, l’ancien village de Vicchione et qui aboutit au clocher de Villanova, s’appelle « A Stretta di i Mori ». Ce sentier qu’empruntaient les envahisseurs maures, est aujourd’hui réhabilité et balisé pour la randonnée pédestre.

Au XIV ème siècle, et, d’après la légende, sous la conduite de la veuve d’un seigneur de Lisa, prénommée Bianca Maria, les réfugiés de Lisa fondent Villa-Nova autour d’une source, a Murgana, fontaine actuelle du village. Villa-Nova commence à apparaître sur les cartes de Corse dès 1506.

Villa-Nova et le hameau de San Felice (San Fideli aujourd’hui) faisaient partie de la route des chapelles et oratoires s’égrenant de Saint Antoine à Ajaccio jusqu’à l’oratoire du col de San Bastianu en passant par San Benedettu (commune d’Alata).

Jusqu’au XVI ème siècle, par A stretta di i mori, les incursions sarrasines perdurent et Villanova et ses hameaux sont sans doute détruits à plusieurs reprises.

Villanova est cité dans le Dialogo nominato Corsica de Monseigneur Agostino Giustiniani (1470-1536) . il s’agit d’une description de la corse par l’évèque du Nebbio entre 1522 et 1531.

Quand il s’agit pour lui de décrire la pieve d’Ajaccio, après celle d’Appietto, voici ce qu’il en dit : vient ensuite la pieve d’Ajaccio, qui contient d’abord Villanova, au dessus de Porto Provenzale, puis les villages de Linare, Poggio, Petra, Pozzo di Borgo, à trois miglie d’Ajaccio, l’Aghia di Giovanni, Montichi et enfin celui d’Alata à trois migle aussi d’Ajaccio.

Cette description ressemble au registre de taglie de 1537, en dehors des divisions de Villanova qui n’apparaissent pas (Latta 36 feux, Pozzo di Borgo 36 feux, Lagia di Zoani 17 feux, li Montici 39 feux, le Case Soprane 17 feux, Pietra 31 feux, lo Poggio d’Ajaccio 7 feux, Villanova 16 feux)

Villanova correspond à un habitat dispersé et dont une partie à cette époque est abandonné à la suite d’incursions turques.

A ce sujet la population de la capella de Santo Felle (San Fideli) a produit une requête auprès de l’office de Saint Georges.

En 1541 la municipalité génoise d’Ajaccio fait construire la Tour de Pagliaghjolu (dite de Capu di Fenu) et celle de Lava. Peu à peu la paix génoise s’installe.

Les Villanovais, les Biancamaria à Villanova et Scaglioli, les Casasoprana à San Fideli, s’occupent désormais de leurs troupeaux de caprins, de leurs jardins, de leurs oliviers et de leurs petits champs de blé (des dizaines d’Aghja, aires de battage, sont recensées sur la commune). Ils sont rejoints par des bergers de Bocognano (Martinetti, Marcaggi, Mufraggi, Giacomoni…), de Valle di Mezzana (Vincileoni, Casile) et de Bastelica (Capigriggi, Lozzi, Chiozza…).

L’église de la capella de Santo Felle ou Santo Félix aujourd’hui San Fideli est visible sur un document de 1730, réalisé pour montrer au gouvernement génois quels sont les propriétaires et la valeur de terres que la sérénissime comptait acquérir pour y installer des colons grecs. Ce projet n’eu pas de suite

Jusqu’en 1862 Villanova et ses hameaux étaient rattachés aux communes d’Ajaccio et d’Alata. En 1862, avec 1 134 hectares et 325 habitants, ils deviennent une commune à part entière et est constitué des hameaux de Villanova, Saliccia, Vicchione, San Fidèle, Aja Antonetto, Poggio et Scaglioli. Les hameaux de Vicchione, et Aja Antonetto sont aujourd’hui inhabitées, leurs maisons sont en ruines.

La Première Guerre Mondiale voit le village perdre une grande partie de ses forces vives (24 noms sur le monument aux morts !). Après 1918 le village se dépeuple au profit du continent et de ses colonies.

En 1942 le village est occupé par des italiens, présents à Villanova, Capu di Fenu et Lava.

Un réseau de résistance se développe. Le sous marin Casabianca abordera clandestinement à deux reprises sur la côte du village : une fois pour y débarquer des armes, et, une autre fois, dans la nuit du 04 au 05 septembre 1943, 4 jours avant l’insurrection de la résistance corse, pour y embarquer à destination d’Alger, Arthur Giovonni, chef de la résistance, Un certain nombre d’hommes du village participent activement à ces opérations.

Après 1945 Villanova continue à se dépeupler, souvent au profit d’Ajaccio, et en 1983 l’école primaire ferme.

A partir des années 90, grâce à un nouveau hameau en bord de mer, I Costi di Villanova, grâce aussi à un retour de villanovais, à la retraite ou fuyant la vie urbaine, la commune connaît un certain renouveau. Elle compte aujourd’hui près de 400 habitants permanents et environ un millier l’été venu. Eglise et Campanile ont été réhabilités, des sentiers de randonnées pédestres ouverts, des gîtes ruraux et une maison d’hôtes créés.

Une auberge, avec une excellente cuisine corse traditionnelle, sert de lieu d’animation.

Commune rurale, on y trouve d’excellents produits fermiers chez les éleveurs du village.

Villanova, qui veut protéger ses sites, son environnement, son terroir agricole et son littoral, est le « poumon vert » de la région ajaccienne.

Village corse de caractère, il entre dans le XXI ème siècle en misant sur une qualité de vie exceptionnelle et en s’ouvrant progressivement sur l’agrotourisme.

 STORIA DI BEDDANOVA

Hè abitata Beddanova da l'antichità più landana è ancu da a preistoria posta ch'elli ci so parechji « tafoni », ascunditoghji sottu à i scogli. Ci avarianu campatu i Celtiberi, i Cartaginesi è i Rumani.

U paesi anticu di u IXu seculu, Vichjoni, si saria chjamatu à u principiu « Ve-ghione », nomi d'urighjini celtibera (abitazioni di l'omu). U nomi di locu Campudunicu saria una sfurmazioni di Campu Punicu chì ramintaria l'uccupazioni cartaginesa. U nomi d'una culletta, a Punta d'Aquiloni, pudaria avè cum'è urighjini un campu rumanu, u campu di l'aculi (aquilae...).

À u XIXu seculu è in l'anni 1980, funu trovi dicini di pezzi d'oru rumani in a sponda di u golfu di Lava nantu à Beddanova... u famosu « tisoru di Lava ». À parta si da u IXu seculu, Vichjoni, cum'è tuttu u golfu di Lava è u liturali corsu in ginirali, patì l'assalti di i Mori. Una parti di l'abitanti di Vhcjoni è Campudunicu funu purtati cum'è schiavi. I casi eranu arruvinati è qulli chì firmavanu andedinu à stà in la sarra di Lisa (790 metri) sopra à u paesi d'oghji. A stretta trà dui muri chì da u mari par l'anzianu paesi di Vichjoni ghjugni à u campanili di Beddanova, si chjama « A Stretta di i Mori ». Issa strada duv'elli passavanu i invasori mori hè rifatta oghji è signalata pà a spassighjata à pedi.

À u XIVu seculu, sicondu a lighjenda, guidati da a vediva d'un signori di Lisa, chjamata Bianca Maria, quilli chì s'eranu stabuliti in Lisa fecinu à Beddanova in tornu à una surghjenti, a Murgana, chì hè a funtana di u paesi oghji. Villa Nova si vedi nantu à i carti di Corsica da u1506. Beddanova è u paisolu di San Fideli eranu una parti di a strada di i cappelli, da Santu Antoni in Aiacciu finu àl'uratoriu di a bocca à San Bastianu passendu pà u Binadettu (cumuna d'Alata).

Finu à u XVIu seculu, pà A stretta di i mori, cuntinueghjanu l'assalti sarracini è saranu stati distrutti parechji volti Beddanoda è i so paisoli.

Hè mintuvata Beddanova in lu Dialogo nominato Corsica di Monsignore Agostino Giustiniani (1470-1536) . Si tratta di una discrizzioni di a Corsica scritta da u vescu di u Nebbiu è 1522 et 1531. Quand'ellu ni hè à discriva a pievi d'Aiacciu, dopu à quilla d'Appiettu, dici cusì : dopu veni a pievi d'Aiacciu, duv'elli sò prima Villanova, sopra à Portu Pruvenzali, è po i paesi di Linare, Poggio, Petra, Pozzo di Borgo, à trè miglie da Ajaccio, l'Aghia di Giovanni, Montichi et in fini quillu d'Alataancu ellu à trè miglie da Ajaccio.

S'assumiglia issa discrizzioni à u rigistru di i taglii di u 1537, for di i divisioni di Beddanova chì ùn sò mintuvati (Latta 36 fochi, Pozzo di Borgo 36 fochi, Lagia di Zoani 17 fochi, li Montici 39 fochi, le Case Soprane 17 fochi, Pietra 31 fochi, lo Poggio d'Ajaccio 7 fochi, Villanova 16 fochi).

Par Beddanova si tratta di un abitatu à paisoli, chì una parti à l'epica hè disbitata par via di l'assalti turchi. Nantu à issu puntu a pupulazioni di a cappella di Santo Felle (San Fideli) a prudutta una richiesda davanti à l'Uffiziu di San Ghjorghju.

In lu 1541 a municipalità ghjinuvesa d'Aiacciu faci fà a torra di Pagliaghjolu (ditta di Capu di Fenu) è quilla di Lava. À pocu à pocu si stabulisci a paci ghjinuvesa.

I Biddanuvacci, i Biancamaria in Beddanova è i Scaglioli, i Casasoprana in San Fideli, curanu i so bandi di capri, i so orti, i so alivi è i so campi di granu (si trovanu à dicini l'aghji da tribbià in a cumuna). Veninu à campà cun elli pastori di Bicugnanu (Martinetti, Marcaggi, Mufraggi, Giacomoni...), di Vaddi di Mizana (Vincileoni, Casile) è di Bastelica (Capigriggi, Lozzi, Chiozza...).

A ghjesgia di a cappella di Santi Feli (San Fideli) si pò veda in un ducumentu di u 1730, fattu da indicà à u guvernu ghjinuvesi quali elli sò i prupiitarii è u valori di i tarri ch'ella cuntava d'acquistà a Sirinissima da stabuliscia si i culoni grechi. U prughjetti piantedi quì.

Finu à u 1862 Beddanova è i paisoli dipindianu d'Aiacciu è d'Alata. In lu 1862, cù 1 134 ettari è 325 abitanti, formanu una cumuna da sè, cumposta cù i paisoli di Beddanova, Saliccia, Vichjoni, San Fideli, Aghja d'Antunettu, u Poghju è i Scaglioli. Oghji i paisoli di Vichjoni è Aghja d'Antunettu sò bioti è i so casi arruvinati.

Cù a prima Guerra mundiali, u paesi perdi gran parti di i so forzi (24 nomi scritti nantu à u munimentu à i morti !). Dopu u 18, parechji lascianu u paesi par andà in cuntinenti o in i culunii francesi.

In lu 42 hè uccupatu u paesi da i Taliani, chì stanu in Beddanova, Capu di Fenu è Lava. Si sviluppa un gruppu di risistenti. Vinarà à l'appiattu dui volti u sottumarinu Casabianca in li marini di u paesi. Una volta par sbarcà ci l'armi, à siconda volta, in la nuttata da u 4 à u 5 di sittembri di u 43, quattru ghjorni nanzi à l'insurrizzioni di a risistenza corsa, par purtà in Algeri à Arthur Giovoni, capu di a risistenza. Ci sò li Biddanuvacci chì participeghjanu à issi uparazioni.

Dopu u 45 cuntinueghja à spupulà si Beddanova, a ghjenti andendu à spessu in Aiacciu. In lu 78 sarranu a scola.

À parta si da l'anni 90, cù un paisolu novu à a marina, I Costi di Beddanova, è cù i ritorni di paisani, à a ritirata o stanchi di a vita citatina, ci hè un certu rinnovu pà a cumuna. Oghji ci stanu guasi 400 abitanti à l'annata è una millaia d'istatina. Sò stati rifatti a ghjesgia è u campanili, si sò aparti stradi pà i spassighjati à pedi, l'alberghi campagnoli è una casa di l'ospiti. Una ustaria, cù una cucina corsa tradiziunali d'alta qualità, hè dinò un locu d'animazioni. Cumuna campagnola, dà i prudutti bunissimi fatti da i pastori di u paesi.

Beddanova, chì voli pruteghja i so siti, u so ambienti u so tarritoriu agriculu è u so liturali, hè u « pulmoni verdi » di u circondu d'Aiacciu.

Paesi corsu cù un carattaru forti, entri in lu XXIu seculu scigliendu una qualità di vita strasurdinaria è aprendu si à pocu à pocu à l'agroturisimu.